Théâtre au collège

40 6 e 5 e Masque en Conte Christine Merville Contes C ontact Christine Merville 05 46 43 56 93 - 06 13 60 89 43 christinemerville@yahoo.fr lesartistesencolloc.com/christine_merville.htlm christinemerville.com P résentation I ntérêt pédagogique A telier pédagogique 1 er temps fort : le spectacle La conteuseporteunmasque et entraîne lepublic dans un univers mystérieux. C’est un masque véritable qui parle. Un masque qui anime la conteuse d’un accent africain, sous l’arbre à palabre où se disent les contes traditionnels comme : “Nyamé Mbayé Sokalé”, Histoire d’un grand sage éludant habilement la question d’un berger fou «qui de la poule ou de l’oeuf a commencé ?” Sans oublier quelques fables africaines où l’humour et la ruse sont au rendez-vous. 2 e temps fort : l’exposition Le voyage continue avec la présentation de plus de 40 masques africains. Christine Merville T arif > 700 € TTC (spectacle, présentation des masques et frais de déplacements inclus) > 1 050 € TTC pour 2 spectacles dans la même journée. F iche technique > Espace scénique minimum : 4 m x 4 m > Petite salle de spectacle ou salle aménagée pour l’occasion - pénombre souhaitée > Equipement fourni par la conteuse : lumières, tenture, tapis, tabouret, masques, sculpture > Tables nécessaires pour la présentation des masques “Masque en conte” peut servir de support ou compléter un travail en Français, en Arts plastiques ou en Histoire, sur l’Afrique. Dans tous les cas, il est plus enrichissant de travailler en partenariat avec l’une ou plusieurs de ces trois disciplines. Un projet modulable : > En Arts plastiques, il peut s’orienter et servir à la création ou à la réalisation de masques. > En Français, à partir de la création du conte, de sa structure, le conte peut être élargi, travaillé et affiné, pour réaliser un livre ou être mis en scène. > EnHistoire, le conte peut être nourri par des recherches historiques sur la culture et l’histoire africaine. Séances d’intervention en classe (1 h). Ils peuvent être programmés le jour du spectacle. 2 ateliers possibles : > Masque neutre : retrouver le langage universel du corps par le masque neutre. Se mettre en jeu derrière le masque blanc développe le langage corporel, permet de se détacher du regard des autres, aucune expression d’approbation ou de désapprobation n’apparaît sur le masque. Grâce à son action, le corps retrouve sa place, son naturel, sa simplicité, son intensité. Un voyage touchant, ludique aussi bien pour celui qui le porte, que celui qui regarde. > Création à l’orale d’un conte unique par la classe à partir de la collection de masques. D urée 1h00 suivi d’une présentation d’1 h de la collection personnelle de masques africains de la conteuse et échange avec les élèves autour des masques. E ffectif 100 élèves maximum T arif 55 TTC € / heure + frais de déplacements

RkJQdWJsaXNoZXIy NzI2MjA=